Start Polyvalence Chien d'avalanche

Chien d'avalanche

Nous utilisons notre bretonne « Roxie » dans différentes disciplines comme chien de rouge, de chasse, de drogue et aussi d’avalanche. Avant Roxie, j’ai formé 3 bergers allemands comme chiens d’avalanche et j’ai durant le cours d’avalanche à Flims/Nagens la fonction de maître de classe.

Le cadre se retrouve le 15 décembre 2001 à 2300 m. d’altitude à Flims/Nagens, dans les Grisons. Le jour suivant les équipes, 22 conducteurs et 22 chiens nous rejoignent. En tout premier lieu, il faut préparer le terrain, creuser les trous où on « enneigera des personnes. Ceci est un dur travail pour chaque participant. Malgré le peu de neige les participants réussirent à créer des terrains d’avalanche proches de la réalité.

Le jeune chien débute sa formation par un système de 5 phases, on tient en particulier compte sur les connaissances de base du système de recherche et sur les trouvailles. Plus tard on cache des sacs à dos, plus difficiles à localiser. Après 6 durs jours d’entraînement, les équipes ayant réussi leur test reçoivent leur brevet

Notre épagneul aime la recherche dans la neige et bien sûr elle apprécie les saucisses de récompense que lui donnent les personnes « trouvées ».En avalanche le travail pour le chien est basée sur le jeu. Il n’y a aucune pression faite sur le chien, ce qui fait plaisir autant aux chiens qu’à leur maîtres.

Roxie et moi avons reçu notre brevet. Nous avons  réussi le brevet de capacités à la fin de l’année dernière. L’épagneul a l’avantage, par sa taille et son poids, de ne pas s’enfoncer dans la neige ; de plus il est souple et a beaucoup d’endurance.

Comme notre chienne vit en appartement et au chenil, elle n’a pas souffert du froid.

En tout et pour tout l’épagneul breton est une « bonne à tout faire »

Rolf Obrist